SaaS ou On-Premise : Les coûts visibles contre les coûts cachés

Retour à l’actualité

Nous avons vu dans notre précédent article sur le sujet, les avantages et inconvénients des solutions SaaS et On-Premise.

Le coût des licences figure toujours dans un comparatif entre une solution SaaS (Cloud) et On-Premise, mais l’étude des coûts des licences, bien que récurrents, n’est pas suffisante et c’est bien l’ensemble du TCO (Total Cost Of Ownership) de la solution qui doit être pris en compte y compris les coûts cachés.

L’iceberg, figure du comparatif du TCO d’une solution

Une figure est récurrente pour comparer le TCO d’une solution SaaS et de la même solution en On-Premise : L’iceberg.

(Source : https://blog.westmonroepartners.com/rain-down-cost-savings-with-cloud-based-business-applications/)

 

Sur un bon de commande, seule la partie émergée de l’iceberg est visible, la partie immergée, représentant les coûts cachés, n’est pas visible. La taille de cette seconde partie est pourtant bien différente selon le type d’hébergement de solution choisi.

Dans le cas de la solution SaaS, la partie visible de l’iceberg (les licences) représente la plus grosse partie de l’iceberg. En effet pas de coûts cachés d’hébergement et de maintien des serveurs : pas de frais de personnel chargé du maintien des serveurs, pas de frais d’hébergement et PRA des VMs, pas d’investissement à faire dans les baies de stockage, dans du réseau …. L’ensemble de ces dépenses sont prises en charge par le fournisseur dans le coût des licences.

Les seules charges restantes, identiques à une installation On-Premise, sont la formation des utilisateurs et le temps de mise en main et d’exploitation de l’outil souscrit.

A contrario la solution On-Premise va induire des frais cachés plus ou moins importants. Quel est le coût d’un administrateur système et réseau, interne ou externe qui passe du temps à déployer des VMs et à les maintenir ? Quelle est la fréquence des montées de version de l’outil ? Combien de temps faut-il passer pour faire la montée de version ? Cette dernière doit-elle être réalisée obligatoirement par le fournisseur et à quel coût ? Que se passe-t-il en cas de changement du système d’exploitation support de la solution ? Quel est le coût de la migration ? Toutes ces questions doivent avoir une réponse et un chiffrage en face, souvent difficile à mesurer, mais pour autant essentiel.

En conclusion :

Une étude complète des coûts sur le long terme (au minimum 3 à 5 ans) est indispensable pour faire un choix éclairé entre les 2 formules (proposées par un même fournisseur ou dans le cadre d’une mise en concurrence). L’importance des coûts cachés est une variable non négligeable à prendre en compte et leur estimation est indispensable.

Chez Coservit, pour la solution ServiceNav, nous proposons les deux approches : SaaS ou On-Premise pour laisser le choix et correspondre à l’ensemble des contraintes vues dans l’article « La supervision en mode SaaS ou OnPremise ? ».

Que ce soit en mode SaaS ou en mode On-Premise, nous avons toujours œuvré et notre travail s’oriente toujours dans ce sens, pour avoir la solution la plus packagée possible tout en respectant les éléments de sécurité indispensables.

Team Leader de l’équipe BU sur le produit ServiceNav, ma priorité est la satisfaction de nos clients. Passionné depuis de longues années par les objets connectés et les nouvelles technologies, je mets en œuvre leur supervision au quotidien.

Articles les plus récents

11/9/18

Gestion des Traps SNMP dans ServiceNav

It’s a Trap ! En réalité, non ce n’est pas un piège. ServiceNav implémente bien la gestion des événements Trap dans sa version 3.19 !… Lire la suite

10/9/18

ServiceNav 3.19 – TRAPS SNMP – Nouveautés/Evolutions plug-ins

En résumé TRAPS SNMP, place aux alertes sur événements Certains équipements proposent dans leur MIB SNMP l’envoi de TRAPS. Les TRAPS sont des événements envoyés… Lire la suite

3/9/18

Du technique vers le fonctionnel, de la supervision à l’hypervision

Le contexte   Historiquement les solutions de supervision du marché servent principalement à surveiller des systèmes d’informations d’un point de vue technique. Toutefois une orientation… Lire la suite